Accueil Actualités Rob Hopkins, concepteur de la Transition, découvre les actions de Grande-Synthe et ses habitants

Rob Hopkins, concepteur de la Transition, découvre les actions de Grande-Synthe et ses habitants

Samedi 21 octobre 2017, la ville de Grande-Synthe était honorée d’accueillir Rob Hopkins. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais il est l’homme, d’outre-Manche, qui a fait évoluer le concept de « développement durable » en l’action par la Transition. Un terme qui s’est logiquement imposé au point que Nicolas Hulot a fait changer le nom du Ministère de l’environnement en choisissant cette désignation. Enseignant anglais en permaculture, il est l’initiateur en 2005 de ce mouvement présent aujourd’hui dans 50 pays dans le monde et que la ville de Grande-Synthe a rejoint en 2011.C’est aussi lui, le spécialiste que l’on voit dans le film « Demain » de Mélanie Laurent et Cyril Dion. (Film vu par plus d’1million de français !)

La Transition ; c’est inventer d’autres modèles de société, c’est penser la ville avec ses habitants, c’est également se développer, manger, se déplacer, travailler en préservant nos ressources et en partageant. Il était donc l’invité idéal pour Grande-Synthe.

La venue de Rob Hopkins à Grande-Synthe est une vraie fierté et une reconnaissance du travail accompli, un soutien pour les projets à venir. En passant toute une matinée à découvrir les initiatives de la ville et les projets des habitants, Rob Hopkins s’est dit  « enthousiasmé ».

C’est en partant des préoccupations de la population, souvent économiques, que la Ville de Grande-Synthe a lancé sa transition. C’est aussi pour cette raison que l’alimentation a été le point de départ : le bio à la cantine, mais aussi les jardins populaires par exemple. Puis la Ville a investi d’autres champs : ceux de l’habitat (consommer moins d’énergie c’est gagnant pour l’environnement et gagnant pour l’habitant), la mobilité (développement du réseau de bus et bientôt gratuitement, prime vélo), pollution (zérophyto, lutte contre les perturbateurs endocriniens) mais aussi sensibilisation, et information ou encore lien social à l’Université Populaire…Autant d’exemples partagés avec cet invité qui s’est dit « fasciné par le niveau d’ambition de la ville » ; preuve s’il en est que la transition fonctionne dans les 2 sens « des habitants qui initient des projets et entrainent les responsables politiques ; mais aussi des initiatives de collectivités qui « montrent l’exemple » et impulsent une dynamique ».

La visite de Rob Hopkins l’a ainsi conduit au Courghain (rénovation du quartier et Troc et Co), au centre équestre en passant par le jardin populaire Pierre Rahbi, l’îlot des peintres et enfin à la rencontre des bénévoles de l’association « La Forêt qui se mange » avant une conférence devant 500 personnes pendant l’après-midi à la Halle aux sucres où il a régulièrement re-cité son expérience de la matinée. Grande-Synthe peut ainsi compter sur un nouvel ambassadeur particulièrement écouté !

A voir également

Un monde possible au Palais du Littoral

En finir avec la société à satiété Nourriture, travail, relation, loisirs, achats … rythment notre …

Nos Labels