Accueil Actualités Stéfana, nounou de futurs héros

Stéfana, nounou de futurs héros

Parfois il suffit d’une rencontre, d’une discussion avec un collègue pour faire les bons choix. Pour Stéfana, c’est une discussion avec son collègue Philippe, puis son amie Nadia, déficients visuels tous les deux, qui l’ont conduite à devenir famille d’accueil pour futur chiens guides d’aveugles. Depuis 3 ans et demi, elle pré-éduque les futurs héros qui changeront la vie de personnes aveugles . Tout d’abord, il y a eu la douce Oney, un berger allemand, ensuite Païco, le facétieux labrador est arrivé . Un choix de vie qu’elle ne regrette absolument pas :

« Être famille d’accueil est un engagement on récupère le chien à 2 mois, toute l’éducation est à faire. Certes, les frais de vétérinaire, nourriture et le nécessaire de vie est assuré par le centre Paul Corteville, il faut tout de même être conscient que la vie quotidienne tournera autour du chien, on a une responsabilité. Avant je faisais beaucoup de vélo, aujourd’hui j’ai troqué le vélo pour la laisse du chien et on fait de grandes balades éducatives. Païco m’accompagne aussi sur mon lieu de travail, j’ai la chance que mon employeur, la municipalité de Grande-Synthe, me soutient depuis le début et participe activement. Oney puis Païco sont devenus des mascottes !  Chaque chien, chaque race a un caractère différent, il faut s’adapter et surtout ne pas succomber au charme du nouvel arrivé. J’ai beaucoup appris sur l’éducation positive. Je dois faire attention à utiliser les bons termes d’éducation, j’apprends encore. Païco et moi, nous sommes suivis une fois par mois par un éducateur qui m’aide dans la pré-éducation du chien, et je vais également une fois par mois au centre Paul Corteville à Roncq pour une séance d’éducation collective.
Après une dizaine de mois, le chien repart à l’école pour finir son éducation et passer son certificat d’aptitude à guider. Même si on le sait dès le départ, je l’avoue, c’est un véritable déchirement de laisser partir Oney et bientôt Païco, mais ce qui me réconforte, c’est que j’ai contribué à améliorer la vie d’une personne déficiente visuelle en éduquant au mieux ces héros à quatre pattes. Pour eux, avoir un chien qui les guide, est un retour à la liberté de se déplacer en sécurité, un véritable lien social. Et quand il ne guide pas , il est leur compagnon de vie. Ces chiens sont exceptionnels. Je me suis déjà positionnée pour éduquer un 3e chien.»

Stéfana garde toujours en tête que le futur maître du chien ne voit pas. Outre son éducation pour lui apprendre les bonnes manières, et éviter qu’il prenne de mauvaises habitudes, elle s’attèle à confronter Païco à toutes les situations : transports en commun, lieux publics, foule, magasins, obstacles… Et au début, il n’y a pas que l’éducation du chien à faire, elle a été confrontée à de multiples refus ou incompréhension. Il faut de la diplomatie et beaucoup de patience, pour faire un travail de sensibilisation auprès des plus réfractaires. Malheureusement certaines situations restent encore ubuesques. Il faut savoir, que les futurs chiens guides, encore élèves, ont les mêmes droits d’accès qu’un chien guide d’aveugles ou d’assistance. Affublés de leur petit gilet bleu à liseret jaune, ils passent partout ou presque…
Et pour cause ! Le regard de Stéfana sur les trajets qui nous semblent anodins, a changé : ils peuvent devenir de véritables parcours du combattant pour une personne aveugle. (Une poubelle au milieu du trottoir, un trou, un stationnement sauvage, ou les déjections canines…)

Eviter les obstacles, indiquer les passages piétons, les porte les sièges, marquer un temps d’arrêt quand il y a un dénivelé, une bordure ou un escalier, à terme Païco apprendra une cinquantaine d’ordres. Petite anecdocte, Païco qui a désormais l’habitude de « montrer » le distributeur de billets, montre désormais la badgeuse au travail !

Païco va bientôt partir finir son apprentissage à l ‘école Paul Corteville, en attendant si vous le croisez dans la rue, et si il arbore son petit gilet, sachez qu’il est au travail, il ne peut pas être dérangé pour une séance de câlins mais stéfana répondra volontiers à toutes vos questions !

renseignements :
Centre Paul Corteville -Association chiens guides d’aveugles – Roncq
tél : 03 20 68 59 62
mail: corteville@chien-guide.org
www.chien-guide.org
page facebook : Centre Paul Corteville -association Chiens guides d’aveugles

Le saviez vous ?

Si le labrador est la race de chien la plus connue pour exceller en chien guide d’aveugle, il existe plusieurs races de chiens qui sont tout aussi efficaces pour être les yeux des personnes ayant une déficience visuelle . Les voici :

Le croisé golden / labrador
Le berger allemand
Le golden retriever
Le flat coated
Le caniche royal
Le colley à poils courts
Le berger suisse
Le labradoodle
Le hovawart
Le border collie

A savoir

1- Si le chien est remis gratuitement à la personne aveugle, le coût réel de l ‘éducation du chien s’élève à 25 000€.

2- la 1ère école de chiens guides Paul Corteville a ouvert ses portes en 1958 avec des chiens provenant de la SPA et dons de particuliers. Depuis 1985, les chiens sont pure race et proviennent d’élevages spécifiques notamment du CESECAH*)

*Centre d’Etude de Sélection et d’Elevage pour Chiens guide d’Aveugles et autres Handicapés

A voir également

Le Minimum Social Garanti passé au scanner

Près de 2 ans après la création du Minimum Social Garanti, la Ville a fait …

Nos Labels