Accueil Ville durable Études et innovations Étude perturbateurs endocriniens

Étude perturbateurs endocriniens

Grande-Synthe commence une grande enquête sur les perturbateurs endocriniens.

La venue du Professeur André Cicolella* pour animer un atelier de l’Université populaire en 2015 a été le déclencheur de la volonté de la Ville de s’intéresser à mesurer les incidences possibles des perturbateurs endocriniens sur les habitants, et ce dès le plus jeune âge puisque le premier risque vient…des biberons en plastique !
L’Espace Santé du Littoral a travaillé à un protocole impliquant des scientifiques et le monde médical afin de faire un vrai travail de terrain et donner des orientations pour diminuer les risques d’exposition. Les animateurs qui accueillent les futures mamans ont suivi une formation spécifique à cette sensibilisation.

Depuis le printemps 2017, une exposition conçue dans l’optique de mettre à la portée du plus grand nombre les connaissances les plus pertinentes tourne dans les maisons de quartier. Elle explique avec des exemples simples et marquants les conséquences des perturbateurs endocriniens sur notre santé, longtemps ignorées ou passées sous silence mais qui, comme l’amiante il y a 20 ans, font désormais la une des magazines.

Cette exposition préfigure l’étude qui va être entreprise pour avoir une connaissance la plus scientifique possible de  leur présence sur une population précise : les habitants d’une commune de 22000 habitants qui s’intéresse à sa vie quotidienne mais aussi aux conséquences ultérieures possibles des produits commercialisés. Une première au niveau national qui intéresse déjà de nombreux médias…qui devront néanmoins patienter avant d’en avoir, -tout comme nous- , les résultats.. Eh oui, même au temps d’internet, tout ne se fait pas (encore) en 1 clic…

Prenez connaissance de la première brochure présentant cette étude, ses objectifs, son cadre, ses conditions…

Pour y participer, il est encore possible de remplir le coupon figurant dans la brochure ou venez le faire sur place (il y a des exemplaires), dans un des lieux publics principaux de la ville : Mairie, Espace Santé du Littoral, Maisons de quartier et déposez-le dans l’urne!

*André Cicolella, chimiste et toxicologue, conseiller scientifique à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) et enseignant à Sciences Po, est un de ces « lanceurs d’alerte » qui empêchent les industriels et les pouvoirs publics de dormir sur leurs deux oreilles. Président du Réseau environnement santé (RES), créé en 2010, on lui doit, entre autres, l’interdiction du bisphénol A, d’abord dans les biberons puis dans les contenants alimentaires, et celle du perchloréthylène dans les pressings.

Dans son ouvrage « Toxique planète publié en 2014, il va à rebours des discours dominants, qui mettent en avant le vieillissement de la population comme cause de la progression des cancers ou des AVC et se félicitent de notre longue espérance de vie : « Les générations nées après la guerre vivent dans un environnement différent de celui qu’ont connu leurs aînés : elles sont exposées aux perturbateurs endocriniens, se nourrissent de produits industriels transformés, ont des modes de vie plus sédentaires, ce qui a un impact sur leur santé. »

Nos Labels