Accueil Ville durable Participer à la transition Les conseils de Yves le jardinier

Les conseils de Yves le jardinier

Chaque mois, les jardiniers de la Ville  vous donnent leurs conseils pour cultiver vos jardins avec des produits de saison, sans produits phytosanitaires…Des conseils de pro puisque la ville est distinguée ville 4 Fleurs Grand prix national du Fleurissement et même Fleur d’or ! 

Quel mois..?
Pour savoir, petite devinette d’Yves le jardinier :

La fleur du mois a pour frère le lys des bois.
Au premier chant du rossignol laisse courir sur le sol ses petites clochettes blanches.
Les bourgeons sur les arbres étoilent les branches pour voir le retour du bonheur, alors qui suis-je ?

Le muguet du joli mois de Mai !

 

Le mois de Mai, ce n’est pas encore les vacances mais on y avance à petit pas. Alors, restons concentré et regardons les règles et les exceptions de Yves le jardinier pour réaliser un bon arrosage
Plusieurs petites règles pour cela .

Dans un premier temps Il convient de connaître son sol, la texture de celui-ci est importante !

Pour être incollable sur la nature de votre terre, prenez une poignée de terre, humectez-la et faites-la rouler entre le pouce et les autres doigts :
Si vous ne parvenez pas à faire une boulette qui se tient, vous avez affaire à un sol léger (A savoir une pluie forte est vite absorbée dans ce type de terre)
Au contraire vous réussissez à former une boulette ferme et malléable, vous avez affaire à un sol lourd (après une forte pluie toute l’eau n’est pas absorbée et quand la terre sèche, elle forme des crevasses et des fissures).

Donc suivant le type de sol, l’apport en eau sera différent.

Ensuite, pour savoir si vos plantations ont besoin d’être arrosées, vérifiez toujours l’humidité du sol, sous la couche superficielle. Pour cela enfoncez le pouce dans le terreau : s’il est humide, l’arrosage n’est pas nécessaire. Ou bien, grattez un peu la terre et vous verrez si elle est sèche ou pas sur les quelques centimètres : vous saurez alors si vous devez arroser ou non.

Dans un deuxième temps quand faire un arrosage ? :

L’arrosage ne se fait jamais en pleine journée. Arrosez plutôt le matin ou le soir. Les plantes captent d’avantage l’eau et résistent mieux aux chaleurs de la journée. Concernant la fréquence, elle dépendra des précipitations, du type de sol et le besoins des plantes pas toujours équivalent.

Arrosez rapidement la première fois en interrompant dès que l’eau commence à ruisseler puis recommencer le lendemain et là la terre retient l’eau.
Cette technique est aussi efficace qu’un orage. De même lorsque le temps menace, on réalise un pré-arrosage.

Cependant il faut faire un arrosage de façon que les racines aillent le plus profond possible donc on arrose de préférence abondamment et moins souvent plutôt que peu et souvent, vous encouragerez ainsi un enracinement en profondeur, plus profitable pour la résistance des plantes. De même il faut arroser à l’aplomb des racines. Ainsi l’eau descend à la verticale et progresse aussi à l’horizontale.

Tenir compte des besoins réels des plantes pas question d’arroser tout le monde, indistinctement, sous prétexte de ne pas faire de jaloux.

Un excès d’eau peut même rendre malade, certaines plantes sensibles à l’asphyxie racinaire (ex : le géranium). La plupart des végétaux (sous réserve qu’ils soient adaptés au climat de la région) se débrouillent seuls une fois qu’ils sont installés, notamment tomates, courgettes.

En poursuivant les arrosages de manière systématique, au-delà de la période critique du semis ou du repiquage, les racines vont s’étaler en surface plutôt qu’en profondeur, là où la terre reste longtemps fraiche et humide. Du coup vous allez rendre votre potager et vos massifs de fleurs dépendants de vos apports pendant toute la saison estivale.

Cela dit, il en va du jardinage comme de la langue française : il y a toujours quelques exceptions.

Les jeunes arbustes ou arbres fruitiers plantés à l’automne ou au printemps et dont le système racinaire n’est pas tout a fait opérationnel, et donc vigilance oblige
Idem pour les concombres dont les feuilles larges évacuent de grandes quantité d’eau dès que le soleil cogne fort .
De même radis, salade, chou-fleur sont par exemples allergiques au régime sec.

Les semis demandent une forte humidité pour que les graines germent. Il en va de même lorsque vous repiquez des jeunes plants qui ont besoin que leurs racines reprennent des repères.

Mais rassurez vous certaines plantes aiment la sècheresse :

Cactus vivaces, agave, armoise.
De même que certains arbustes : Yucca, laurier rose ou le buis.
Coté fleurs : iris, géranium, hellebore, orchidée.
Plantes aromatiques : romarin, thym, laurier, sarriette,sauge ou lavande et de plus se mangent pour certaines et embaument sans grande quantité d’eau. 

Et puis, afin de faire des économies d’eau avec des objets hétéroclites comme autant de clins d’œil astucieux de Yves le jardinier :

On récupère :

Les vieilles éponges, on les place au fond des jardinières pour retenir l’humidité.
– Une bouteille plastique, on coupe le fond puis on enfonce le goulot dans le sol et ensuite on la remplit d’eau, celle-ci pénétrera lentement dans la terre .
– Un pot de fleur , à coté d’une plante qui a besoin beaucoup d’eau : on creuse un trou d’environ 15 cm de profondeur puis installez le pot trou de drainage vers le bas et on couvre d’une assiette ou d’un voile et on remplit le tout régulièrement d’eau. Celle-ci pénétrera lentement.
– Un vieux tuyau d’arrosage, on perce des petits trous celui-ci fera une bonne irrigation.

 

Enfin pour finir, l’installation d’un pluviomètre vous renseignera (sachant qu’une hauteur d’1 mm de précipitation au m2 équivaut à 1 litre d’eau).

N’oubliez pas de vous renseigner auprès de nos jardiniers sur le terrain mais aussi sur internet, à la médiathèque.

Nos Labels