Le budget 2019

Si un budget est une « photographie » des finances d’une collectivité, l’enchaînement des clichés donne une dynamique. Cette année encore, l’impulsion politique, conformément aux engagements pris par le maire en début de mandat, se concrétise en une traduction comptable et financière visant à offrir plus de solidarité locale, à pro- poser de nombreux services publics aux Grand-Synthois de tous âges, un cadre de vie de qualité et des équipements à la hauteur des ambitions sportives, de santé, associatives, culturelles des habitants impliqués ou utilisateurs des services proposés par la Ville.

Si la mise en place de la réforme de la taxe d’habitation a un impact sur les foyers Grand-Synthois, elle n’en a pas sur le budget communal jusqu’en 2020, l’État compensant à l’euro près les sommes perdues par la collectivité.

Les collectivités doivent équilibrer leurs comptes entre recettes et dépenses. Seul l’État peut se permettre un déficit. La Ville doit participer au comblement de ce dernier en apportant une contribution annuelle de 1M d’€ depuis 3 ans, auxquels s’ajoutent quelques 40 000€ en 2019. Seule la recherche active de subventions permet de maintenir la dynamique d’investissements.

Des dépenses de fonctionnement rigoureusement tenues

La maîtrise des dépenses de fonctionnement, qui se concrétise notamment par une baisse de 100 000 € des dépenses de personnel par une gestion précise des compétences, est également un réflexe perpétuel, et ce même si la recherche active de subventions permet d’augmenter les recettes et compense les décisions de logique fi- nancière étatique comme la baisse drastique des financements par l’État des contrats aidés, diminués de moitié en 2019.

Pas de hausse de la taxe d’habitation.

Conformément à la loi Notre, voici les éléments d’informations pour avoir une vision exhaustive et en toute connaissance des choses :

Présentation BP 2018 présentation conseil

Depuis 2001, la part communale de la taxe d’habitation n’augmente pas. Les taux restent donc inchangés à savoir :

  • taux taxe d’habitation : 26,99%
  • taux taxe foncier bâti : 19,03%
  • taux taxe foncier non bâti : 114,78%

 

14 M d’€ d’investissements pour réussir l’avenir :

• Espace santé du Littoral : L’innovation augmente la participation à l’investissement

En se donnant des objectifs écologiques ambitieux, la construction de ce nouvel écrin pour la santé des habitants génère un taux de subvention remarquable

• Le deuxième poste en investissement en importance (1,8M €) concerne l’éclairage public : Pour la sécurité et en même temps les économies d’énergie, 2019 sera la troisième année d’intense remplacement des anciennes lanternes par des leds. Un choix d’autant plus judicieux qu’il en- traine une non-dépense d’électricité et d’entretien transférée sur le financement du Minimum social garanti (voir p13).

Sport, bien-être et Bio au menu

La ville change de braquet en augmentant son effort pour l’achat de vélos, passant de 50 à 60 000 €.
La jeunesse sera gâtée avec la construction du skatepark, un projet de 400 000 € mais dont 80% du coût sera assumé par une dotation obtenue auprès de l’État via l’enveloppe « Politique de la Ville » tandis que les fermes bio entrainent un investissement de 724 000 €.

Un autre investissement va de paire avec les moyens engagés pour dynamiser la vie associative :

La transformation de l’école Jules-Ferry en espace Martha Desrumeaux , soit 832 000 € qui en font une ruche pour le Centre d’expression manuel- le, la CLCV, la Compagnie des mers du Nord, l’AFEV, Émile Éco…alors que, de son côté, le budget aux associations se monte cette année à 7,7 M€

Cette somme est en forte progression puisqu’elle intègre l’enveloppe qui finance la mise en place du revenu minimum de solidarité par le CCAS, une des associations principales de la ville, qui voit ainsi sa subvention passer de 1,98 M à 2,77 en 2019. La ville maintient les 4,8 M€ de subventions auprès des 150 associations qui irriguent au quotidien la vitalité citoyenne.

Nos Labels