Notre patrimoine

Notre patrimoine : la nature !

Bien qu’historiquement tournée vers le maraîchage et l’élevage, la ville, complètement détruite la nuit du 15 au 16 septembre 1944 s’est reconstruite avec opiniâtreté à la hâte (voir rubrique historique) . L’arrivée dès le début des années 60 de la sidérurgie, coupa la ville de son accès direct à la mer et incita à accélérer davantage encore la construction de logements. Tours et  lotissements permirent ainsi de loger le flot des ouvriers. Mais très vite l’aspiration à un cadre de vie meilleur incita la ville à se tourner vers son unique patrimoine : la nature. Jardins ouvriers, jardins partagés, espaces verts se sont développés. Dès 1972, la ville décide la création d’un vaste poumon vert autour d’un lac artificiel de 28 ha, le Puythouck. Pour y associer la population, les enfants des classes viennent y planter « leur » arbre. Cet espace de 130 hectares est, aujourd’hui, caractérisé par une grande variété d’espèces végétales et animales.

Dans les années 1990, la municipalité prolonge l’action en mettant en place un verger pédagogique abritant près de 160 variétés locales. Ce verger fait partie du réseau FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) pour son rôle d’expérimentation et a été labellisé en 1995 par le Conseil de l’Europe.

Verger pédagogique
Verger pédagogique

Première Capitale de la biodiversité

logo-biodiv-2015Labellisée en 2010 1ère capitale française de la biodiversité, Grande-Synthe cultive soigneusement ce patrimoine. Dès 1992 les efforts de la municipalité sont récompensés par le Prix National de l’arbre, prix que la ville obtiendra une 2éme fois en 2005, en lien notamment avec la création d’un second poumon vert, celui du Prédembourg. Avec 127 m2 d’espaces verts par habitant, un espace vert à moins de 300m de chaque îlot d’habitations, la plus grande Réserve Naturelle Régionale (Puythouck et Prédembourg), le choix résolu de n’employer aucun produit phytosanitaire ou de la gestion différenciée, la ville de Grande-Synthe prend soin de ce patrimoine. Se promener à Grande-Synthe, c’est voyager dans des paysages variés soigneusement entretenus par les équipes de la ville ou les habitants eux mêmes. La ville est d’ailleurs primée « ville 4 fleurs et Fleur d’Or » (seules 7 villes en France disposent de ce même classement). On recense aujourd’hui près de 600 plantes différentes sur la commune soit la moitié de la diversité régionale.

Balade à vélo
Balade à vélo

Ce cadre de vie résultat d’un choix financier et donc politique, et participe sans conteste à l’image d’une ville apaisée. Le cadre de vie est plébiscité par la population et cela est même devenu un argument de vente pour les promoteurs en plus des multiples offres culturelles, sportives, associatives.

Demain : l’écoquartier du Basroch

Aujourd’hui le cadre de vie s’impose à l’urbanisme choisi pour régénérer la ville : HQE, THPE, Ecoquartier aux plus hautes normes européennes s’imposent aux architectes pour les projets nouveaux de tous ordres. Ville en transition, membre de l’ICLEI et du LAB Grande-Synthe peut aujourd’hui rivaliser avec les meilleures démarches de prise en compte de l’environnement.

Ambiance-02-vivre-en-foret Ambiance-03-vivre-au-bord-de-leau

 

Nos Labels